Chaussée d'alsemberg 1235 - 1180 bruxelles | +32 2 332 20 31 |
Contact simulation crédit
Simulation
Crédit
devis
Devis
actualités crédit hypothécaire
Actus
témoignages crédit hypothécaire
Témoignages

Ce que l'architecte est à la base de votre construction, le courtier de crédit l'est à votre projet financier... sur mesure...

P. Segers

La banque KBC veut interdire l’octroi de crédits hypothécaires tant que les demandeurs n’ont pas assez de fonds: Segers&Associés riposte !

07-02-2018

Très récemment, la patron de la KBC en a choqué plus d’un selon le journal l’Echo en ce début janvier…

En effet, Johan Thijs a déclaré à la Belgique vouloir durcir ses conditions d’octroi de crédit

hypothécaire! La raison? Il s’inquièterait des risques actuels pris par les banques!

Selon lui, il faudrait dorénavant payer une quotité à 80% de son crédit hypothécaire. Mais qu’est donc une quotité à 80%? Cela signifie tout simplement emprunter à la banque 80% de la valeur d’achat de la maison pour laquelle les clients effectue un crédit hypothécaire. Les 20% restant représente la somme que les clients devront détenir en fonds propres avant d’obtenir un crédit, frais de notaire non compris !

En d’autres thermes, tant que les 20% du montant de la maison en plus des frais de notaire (min 10% du montant selon les régions) ne sont pas dans les mains des demandeurs, il n’est pas question de crédit!

Si nous prenons l’exemple d’une maison valant 300 000€, la banque ne vous prêtera pas le moindre sous tant que vous n’atteignez pas les 90 000€ sur votre compte en banque!

Cette déclaration s’adresse donc particulièrement aux riches et ne touche donc plus un acheteur moyen alias Monsieur et Madame-tout-le-monde; ou plus particulièrement les jeunes qui souhaitaient acheter leur tout premier logement…

Notre courtier en crédit de la société Segers&Associés, Patrick Segers s’oppose totalement à la décision évoquée par monsieur Thijs de la banque KBC. Selon lui, on ne peut pas prêter qu’aux riches et donc se limiter à une quotité de 80%! Il faut maintenir un équilibre et prêter, pour autant que certaines règles soient respectées à des jeunes candidats acquéreurs. Car qui parmi eux, qui possède 90 000€ de fonds propres ?

Chez Segers&Associés, nous prêtons jusqu’à 100% de la valeur du bien immobilier ainsi que les frais de notaire si le profil financier des acquéreurs (=salariés avec stabilité d’emploi et revenus saisissables) le permet, bien évidemment. De plus, il faut que l’endettement total (= le total des charges) ne dépasse pas 45% du total de ses revenus.

Enfin, selon monsieur Segers, si l’on suit l’avis des banquiers, on tue littéralement le marché immobilier. La simple et bonne raison est la suivante : les jeunes qui ne détiennent pas ces fonds propres requis, se dirigeront vers la location à défaut de l’achat d’un bien. Les loyers  vont certes augmenter à moyen terme et seront bénéfique pour les propriétaires. Mais la décadence des achats de bien immobilier va totalement à l’encontre d’une bonne économie immobilière…

Il faut donc donner l’accès aux jeunes, et ce, même avec peu de fonds propres afin de stabiliser l’économie belge ainsi que son marché immobilier…

Retour à la liste

Témoignages

Pierre crédit hypothécaire

Un crédit pour une nouvelle situation de vie

En instance de divorce et recommandé par mon frère qui avait fait appel à l’équipe du bureau Segers ; j’ai eu un contact avec Mme Bougard pour connaître les solutions pour éviter la vente de notre maison. Avec deux enfants à la maison, désemparé de cette situation, le courtier m’a proposé et ce malgré un seul salaire une solution alternative à savoir :
- Garder la maison,
- Ne pas déraciner les enfants de leur milieu scolaire,
- Eviter un déménagement et la contrainte de redevenir un locataire.
Ma situation est stabilisée et mon crédit a été adapté à ma nouvelle situation … Je ne l’en remercierai jamais assez !

Pierre H.(43 ans)
Marie prêt hypothécaire

Crédit pont pour un achat de maison et vente de l'appartement

Avec la famille qui s’est agrandie, l’appartement devenait trop petit. Après avoir rencontré Mr Segers, il nous a conforté dans la possibilité d’acheter la maison avec l’espace voulu et le jardin, et de vendre l’appartement pour lequel nous avions contracté un crédit il y a moins de 5 ans. Comment ? par un crédit logement pour la maison (sur 25 ans) et le tout conjointement, par un crédit pont « light » (maximum sur 24 mois) pour l’appartement, et pour lequel nous n’avons payé à la banque les intérêts et le capital qu’au jour de la vente de l’appartement. Nous n’avons donc jamais supporté une double charge. A aucun moment, nous n’avons mis en péril notre stabilité financière, et surtout nous avons vendu l’appartement au prix voulu (sans stress d’un double loyer). Aujourd’hui, tout est réglé, nous avons notre maison et notre crédit est réglé par domiciliation mensuelle.

Marie P.(37 ans)